Catacombes

Catacombes

Plongeons dans le sombre noir du dessous
Direction les catacombes,de notre bonne vieille capitale.
Il fait nuit noire et le silence lourd vaut le coup.
Nos respirations résonnent, la lumière sur les murs cavale
Nous marchons mécaniquement suivant notre guide.
Vers une salle humide ou l'on pose nos corps haletants.
Folle course dans d'infini couloirs ahurissant de vide.
Puis l'alcool nous rassure et, nos esprits sont encore partant,
Pour ce voyage au centre d'un monde mort.
Voilà la musique des choeurs d'opéra qui crient.
Puis on court le long des murs quand le monde dors,
Ivresse de peur et de fumées, la fatigue nous scie.
Enfin, on s'arrête, et nos esprits en partance
Brûlent nos yeux, aux bougies vibrantes de relief.
Folle démesure du temps adjacent à l'errance,
Nous sommes les chevaliers du noir en son fief.
Mais dans cet univers de débauches nocturnes
Notre propre vie quitte nos esprits qui ne demandent qu'a remonter.
Le noir n'est pas en nous, même en cette nuit taciturne
La vie est au-dessus, il ne faut que monter.
Panique de l'impossibilité de revoir le soleil,
On oublie tout et la force revient titubant le sommeil.
Nous luttons pour ne pas assister à nos funérailles
Pour un jour revoir la vie, qui en dessous nous tiraille.
On revient d'en bas……… voilà.
On revient pour cette fois……. C'est déjà ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *