La mort vous va si bien

La mort vous va si bien

la mort entre congénères chez les animaux est une chose rare. le lion, du moins la lionne, peut tuer une gazelle à des fins alimentaires, mais la mort entre lions reste rare. elle ne peut intervenir que dans le cadre de la territorialité. tu veux draguer les minettes de mon harem, je te vire en faisant le méchant, et un accident peut arriver, le plus faible peut en mourir. c'est autant valable chez les lions que chez les cerfs.
mais chez les hommes, la mort entre gugusses d'une même ethnie, ou d'ethnies différentes n'est pas rare. à la grande différence, que les morts de territorialité sont plus rares que les morts d'idéologie. j'écarte tout de suite les morts qui résultent d'un envahissement d'un pays par un autre, de la part du pays envahi qui souhaite conserver son autonomie. ceux d'en face on été envoyé au casse-pipe par leurs dirigeants sous prétexte de supériorité « raciale », de combat pour la bonne cause. mon cul, oui, on veut piquer ton sous sol avec toutes ses richesses. et le mec qui n'a rien demandé va défendre son lopin de terre. pour sa survie. mais ce cas n'est pas simplement lié à la dernière guerre mondiale, il en existe encore tous les jours quelque part dans le monde.
non, je veux parler des assassinats idéologiques. que ce soit celui d'un préfet, d'un journaliste, ou de quelques milliers d'innocents qui vont au boulot dans une tour de mégalopole.
de quel droit l'homme s'arroge-t-il le droit de tuer froidement un autre homme. quel idéologie est elle assez folle pour promouvoir l'assassinat au rang d'acte « de résistance ». surtout qu'il ne découle jamais rien de ces crimes.
bien souvent, ces gugusses se croient investis d'une mission divine, ou parfois le font de sang froid, au nom du pouvoir
mais, si on gratte un peu la couche superficielle de l'idéologie, on s'aperçoit bien vite qu'il n'y a rien de tout cela. avoir le droit de vie ou de mort sur l'autre n'est que la continuité des seigneurs du moyen age, des chefs de guerre, ou de quelques tribus guerrières, où, des que l'homme a été en age de penser il s'est empressé d'inculquer à ses copains la notion de supériorité, qu'il a transformé en religion. le dieu tout puissant à le droit de faire ce qu'il veut sur ta vie, ducon, et j'en suis le représentant; je fais ce que je veux de ta misérable vie, car je possède le pouvoir. tu dois obéir à dieu, sinon,….
et le pouvoir prend la forme de la déité. être au pouvoir, c'est être dieu. c'est voir le droit de vie ou de mort sur quiconque, et le pouvoir n'a pas besoin de reconnaissance démocratique pour s'exercer. je tue, donc je suis Dieu, donc j'ai le pouvoir.
et ensuite seulement, on explique ses actes par l'idéologie.
l'animal tue par instinct, l'homme par intelligence.
est ce vraiment une preuve de la supériorité de l'homme sur l'animal? parfois j'ai des doutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *