Mes douleurs… mon bonheur

Mes douleurs… mon bonheur

La nuit il y avait des étoiles qui se cachaient derrière les nuages
Dans un grand lit aux vapeurs érotiques, je tremblais grelotant
Transpirant une eau noire et malsaine, me retrouvant en nage
Encore une fois, la douleur était trop forte, un pas de géant.
Tournant sur moi-même en la caressant, je voyais des ponts
Qui surplombaient des vallées ombragées, sales et marécageuse,
Je volais au dessus de ces images, et je rêvais, c’est si bon
Mes mains avaient le juste tempo qui parlait, une nuque voyageuse
Je sentais mes douleurs qui volaient loin de mes tourments
Mon dos me lançait des appels désespéré, vers les cieux
Ma tête explosait, des cristaux de roche choquant mes dents
Mon esprit virevoltant entre haut et bas, coupé en deux.
A ce que j’ai entendu, ce soir, le bonheur est une notion éphémère
Dans les larmes des enfants, et leurs cris de détresse
Il y a des messages que le coeur entends lorsque l’on est père
Avec mes doigts je tiserais une toile protectrice, une forteresse.
Me suivant du regard, je ne l’avais pas senti se réveiller
Voici un sourire qui illumine ma vie, balaye les idées sombres
Elle est, respirante, enivrante, délicate et tellement ensoleillé
Me voici à sa porté, milliards de tendresses, sans ombres.
Et dans ses bras chauds, je me blotti pour sentir la plénitude
Sa poitrine qui bat des rythmes africains, aux parfums de savane
Ses cheveux noirs, me couvrent d’un voile de gratitude
Mes yeux emplis d’émotions décident lentement d’ouvrir les vannes
La journée est pleines de promesses que le monde ne tiens pas toujours
Et puis il y a l’amour que l’homme invente pour fendre le temps
Dans cette histoire, la femme est une douce tendresse de velours
Un homme est blessé, qui reprend confiance et qui enfin, ressent.
Le matin, et le soir, en une explosion amoureuse
Nous sommes un remède certain contre la tristesse
Un geste unique, le geste doux, elle est heureuse
Ce qu’elle donne, représente le monde et ses richesses.
Et puis, aucun bruits, que des frissons
Lèvres et cuisses, nos respirations a l’unisson……………..
Il y a un espoir unique et magique
Le témoin c’est moi et c’est toi
Le bonheur est là
Tends la main, viens……..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *