Attends

Attends

Décline lentement le soleil sur la forêt fatiguée
Les sons arrivent par la fenêtre, mon corps attentif
Et fourbu, attends que sonnent les cloches animées
Autour de mon cou, la tortue en pendentif
L'âme vagabonde vole au dessus des montagnes
Apportant mille pensées aux parfums contrastés
Comment pouvoir lutter contre cette envie de bagne
Partir ou mourir, regarder l'âme se déchirer
Encore les étoiles du Sud, qui rigolent
Au dessus de ma tête en feux immobiles
Une lune claire et accusatrice fignole
La sauce, et agite le temps tel un mobile
Fragile, mon corps se brise en morceaux
L'abime, en équilibre butte encore
Un peu, sur le peu qu'il me reste de peau
J'entends enfin la douleur suintant de mes pores
Prenant mon coeur pour un bistrot
Ou la vie est mise a nue
Mon honneur ; des lambeaux aux corbeaux
Ma détresse en flamme dans la rue
Ou étais-je dans cet instant là ?
Qui me guidait sans lumière ?
La voilà, avec la douleur dans les bras
Morne, ne méritant aucune prière
Alors je prends ma rouge tortue
Les bons souvenirs, jamais ne tuent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *