De bonnes nouvelles depuis le 23 avril

De bonnes nouvelles depuis le 23 avril

Soyons optimistes !

1. la meilleure ! Le RPR (je préfère ce nom) est éjecté du ring et, comme me l’a soufflé un vieil ami perdu 😉 FF s’est fait tailler un costard qu’au moins il n’aura pas à rembourser.Il va maintenant subir dans son camp une lapidation politique, probablement sans précédents. Merci à lui d’avoir maintenu sa candidature : je pourrai aller voter au second tour (cf. plus bas).

2. le FN fait moins qu’annoncé par les sondeurs. C’est d’ailleurs leur seule erreur (les sondeurs ne sont pas passés loin du goulag). Il fait peu dans beaucoup de grandes métropoles, bien trop dans les milieux ruraux, où la xénophobie n’est pas la seule explication de son succès relatif. Je connais une [toute] petite municipalité où le seul homme d’origine magrébine est aimé de tous…

3. les insoumis font presque autant (un électeur sur cinq). Ce qui équilibre politiquement les extrêmes, au moins du côté de mouvements moins xénophobes.

Serait-ce l’amorce d’un sursaut ? Ou simplement la réponse aux primaires pourries du PS ?

4. notre probable futur président n’est certes pas le modèle écologico-social rêvé, mais au moins il ne devrait pas toucher aux fondamentaux, du côté des libertés individuelles.

Macron est libéral mais pas fasciste. Contrairement à la majorité de mes amis, j’essaye d’y voir un bon côté.
OK, le changement n’est toujours pas maintenant… mais ne pas l’élire le 7 mai serait prendre le risque de ne pas tester quelque chose de peut-être nouveau. Les législatives derrière pourraient engendrer un autre « équilibre ». Rêvons-le.

5. le PS en la personne de Benoît Hamon, éliminé en martyr, va devoir fermer boutique ou clairement se recomposer, se redéfinir. Se bouger l’arrière train pour « reprendre l’humain », oublié depuis la chute du mur de Berlin. J’aime penser que ce qu’on appelait « la gauche » a raté le virage qu’il était logique d’emprunter à la mise à mort du pacte de Varsovie.

Le changement est, pour le coup, maintenant : sans une historique vague d’exclusions en bonne et due forme, une Valls de radiations, PS sera l’acronyme de Point de Salut.

Appelons un chat un chat : plus de gauche ni droite mais, en grossissant le trait, d’aisés libéraux en haut et de pauvres humanistes en bas. La fameuse « fracture sociale » de Chichi, béante, sans ascenseur. Comme l’a dit Alexandre Jardin hier soir, à nous maintenant d’agir durant les 5 ans et pas tous les 5 ans.

Gauche, droite, haut, bas. Ajoutons la croix de St-André écossaise pour obtenir l’Union Jack à la française.
Une rose des vents, pas une boussole affolée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *