Il est loin le temps

Il est loin le temps

Il est loin le temps où je courais après les feuilles d'automne volant au vent,
Les yeux émerveillés par des rouges à mile lieux des crayons de couleurs
Emporté par les chemins tourbillonnants j'oubliais le temps des grands,
Tout n'était que détail inexploré, attendant l'intérêt d'un oeil innocent.
Il fut un temps où je me hâtais pour gagner de l'argent en oubliant mes rêves d'enfant,
Le regard furtif, la mine taillée comme un ciseau afin de mieux trancher.
Pris dans la spirale du rendement je rêvais exponentiellement,
Rien n'y faisait pour autant, il fallait augmenter le quotient.
Le temps a passé, les enfants ont grandi en oubliant leurs parents,
L'oeil rêveur j'essaie de me souvenir des visages des voix des odeurs.
Abandonnant petit à petit le reste de mes rêves, je fuis en m'envolant,
Nul ne peut retenir les heures qui passent, j'aurais dû prendre le temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *