LA BONTE

LA BONTE

Tout le monde s'accorde à dire que « dans le cochon tout est bon ». Si tout est bon, en accord avec le Larousse, le la brune et le la blonde, j'en conclue sans prendre trop de risque que l'animal dont la bonté est la plus évidente est de loin le cochon. De près aussi d'ailleurs. Surtout quand il est dans notre assiette, il déborde du don de soi. N'est-ce pas de la bonté ça…
Allez trouver de la bonté chez un terrassier qui n'a pas les pieds sur terre, un chauffeur de taxi qui ne veut suivre que son itinéraire ou un promoteur immobilier adepte des châteaux de carte.
Même un patron du CAC 40, au réveil, pas rasé en train de se gratter les couilles, n'illustre pas plus qu'un autre la bonté alors que dans son boulot peut-être….
Je n'en démordrais pas. Le cochon, le cochon, le cochon, qu'il est bon !
Certains auront le mauvais goût de dire que la bonté est descendue s'incarner dans le cochon pour qu'il aille se vautrer dans la boue. Et alors…
Le cochon innove. Il a du groin comme le chien a du nez. Pour preuve, son idée de bain de boue à fait son chemin pour finir dans nos stations balnéaires.
Certains l'ont même très mal interprétée en pensant qu'il fallait prendre un bain en position debout. De cette confusion est née la douche, ce qui n'est pas un mal en soi.
Personnellement, je préfère le bain de boue à la douche assise autrement dit le délavement au lavement. Mais ceci n'engage que moi et je pense que ça se sent.
Une certaine catégorie de personne ne veut pas le fréquenter au prétexte qu'il ne serait pas assez frais et fabriquerait des germes susceptibles de nous infecter après ingestion. C'est louable mais le faire dormir au frigo quand d'autre bénéficient de l'écurie, ça me fait de la peine mais passons…
D'autant que dans sa grande bonté miséricordieuse, il ne force personne à le manger, encore moins à le fréquenter. Le cochon ne fait pas de prosélytisme.
« Cochon qui s'en dédit » dit-on de celui qui ne tient pas parole.
Encore un adage bancal qui lui porte préjudice surtout lorsque l'on sait qu'il est totalement démuni du moindre vocabulaire, en un mot qu'il ne sait pas parler. Comment pourrait-il tenir une parole que ce sale porc n'a pas. Je vous pose la question.
Il fait les choses sans savoir qu'il les fait ; invente parfois sans savoir qu'il invente. Le bain de boue par exemple pour ne citer que lui.
On ne peut lui prêter aucune intention, ni le moindre argent d'ailleurs car il ne rend pas, il ingurgite.
Pour résumer, le cochon est bon mais con, qu'on se le dise, surtout les apprentis charcutiers.
La truie c'est autre chose. Elle est lesbienne et ne fréquente que la déesse Kali qui a six bras car elle a six seins et c'est si bon…le cochon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *