La guerre de la Neuve-Vie

La guerre de la Neuve-Vie

Mon paquetage est prêt, l'ordre de mission aussi
C'est la mobilisation générale, surtout moi
Mes cheveux sont courts, une fleur sans fusil
Un stock de photos, le cailloux au bout des doigts
Mon Capitaine m'a prévenu……. c'est la guerre !
Pas de Boris Vian en moi, je vais la faire
Je sais que je reviendrai, encore plus vivant
Mon Capitaine veille, comme un géant
de son poste de commandement montagnard
Neutralité affective, le soldat se prépare et part
Mes armes ne sont ni blanches ni rouges
Dans la tranchée rien ne bouge
J'entends mon Capitaine qui me parle en code
N'oublie pas de rayonner et de t'offrir
Tu risques seulement de pleurer et de souffrir
Ce combat est connu et vieux comme Mérod
Mon Capitaine à la chevelure doré
Passe son temps à me soutenir
Ses techniques apprises sur les plages de l'été
M'ont renforcées, solidifiées, je ne vais pas frémir
Tête haute et coeur vaillant, je sors du bois
Le bruit est affolant, c'est les combats
L'ennemi est un ancien allié, reconverti en tir
J'en bave, je tremble, il est trop grand ce casque !!
Je ne vois rien, je voudrais retirer ce masque
Mon capitaine rassurant envoi sa marjolaine à coquilles
Grâce à sa sagesse, le feu à un parfum de jonquille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *