Lamentations…

Lamentations…

…météorologico-historiques.
« écrire c’est mourir un peu », chantait Vertsingétorix. Il se trompait, certes, comme ces quelques mots ne tenteront pas de vous prouver clairement le contraire ni la réciproque. Toutefois, 540 ans plus tard environ, la Gaule, réunifiée sous le nom ridicule d’un de ses mornes lopins nordiques, la « France », quelques boueux labours de l’indigente peuplade des parisii, aurait intérêt à célébrer ses grands gaulistes de l’antiquité égyptienne, comme au Louvre, surtout bien évidemment quand il fait ce temps là.
Car comme vous le savez Vercinjétorisque n’avait pas encore croqué la pomme d’Adam, qui elle-même lui provenait déjà d’une copine, en des temps où le partage n’était pas un vain mot comme l’a d’ailleurs bien compris le syndicat national des bacilles nosocomiaux, qui résistent tout aussi héroïquement aux antibiotiques qu’au chômage, à ce qu’il semble. Ce que je veux dire par là, c’est qu’en cette époque bénie des dieux Grecs, qui pourtant se trouvaient déjà en pré-retraite capitalisée, les grands gaulliens étaient encore… mais plus pour longtemps – ô malheur ! ô terrible affliction !! – vierges du Péché Capitale.
En effet, la Capitale, de notre si doux-et-beau-pays-au-sud-de-Lyon, la Gaulle, était à l’époque toujours… Lyon justement.
Quelques clients de Pierre Janet, des esprits fâcheusement affligés de pithiatisme oscillant, de psychasténie dégénérative, d’hystéro-épilepsoïdie corticale et de maniaco-schizoïdie chronique tout à la fois, pour ne citer que les moins atteints bien évidemment, pensaient déjà à réaliser de grands travaux d’Hercule pour embellir la première ville du pays, car ils souhaitaient activement griller Haussmann, et espéraient, en s’y prenant avant la naissance de son arrière arrière grand-oncle, y parvenir plus aisément. Trois solutions s’offraient à eux.
La première, convaincre Hercule. Il cumulait à l’époque sa pré-retraite avec le P.A.R.E, le RMI, les Allocations Familiales, l’Allocation de Solidarité Spécifique, la Prime de Retour à l’Emploi, la Prime de Précarité, l’Allocation de Rentrée Scolaire, l’Aide au Logement, l’Aide Personnalisée à l’Autonomie, et le Minimum Vieillesse. Il ne se montra pas, à l’étonnement général, très empressé de reprendre un emploi, refusa d’embellir Lugdunum et retourna à sa GameKioub.
La seconde, aménager quelques larges avenues bordées de ces si beaux platanes méridionaux dont la seule évocation plonge tout parisien normalement constitué dans la catalepsie lobotomique subite et irrémédiable, pour cause de désespoir, ce qui eut pu nuire quelque peu à la prochaine campagne électorale et fut renvoyé en commission ad-hoc.
La troisième, transférer cette belle cité, par décret de service, dans l’une des régions les plus laides et froides des fin-fonds obscurs de la Golle septentrionale étendue, car, étant donné qu’ « il faut souffrir pour être belle », Lugdunum ne pourrait alors jamais être surpassée, sauf peut-être pensait-on, par le siège administratif des 2 survivants de la première colonie marsienne, partis à 27 astronautes en juin 2259, ce qui laissait tout de même le temps de voir, la conquête romaine ne faisant que commencer. Cette solution fut mise à l’étude.
Le service de Géostratégie Internationale Verssingétorienne Réunie (le G.I.V.Ré.) hésitait encore entre un lieu-dit nommé Paris (31 habitants) non loin du pôle Nord, dans la vallée de la Sequana, qui disait-on alors ferait ultérieurement un bien confortable égout surtout qu’avec l’invention du système métrique on pourrait facilement prouver, dans 1254 ans, qu’elle débite bien 250 mètre-cubes seconde, ce qui n’était encore à l’époque qu’une intuition de génie ignorée de tous (y compris de son auteur), pathétiquement entravée par la tragique inexistence d’une unité de débit volumique. Et on ne pouvait d’ailleurs pas se rabattre sur le volume débitique, qui aurait pu faire l’affaire en inversant la fraction sur la calculette, puisque non seulement il n’allait pas être instauré par la révolution en 1515, mais ne le serait pas non plus par le FUture Complete Key-Unities (FU.C.K-U), destiné à remplacer avantageusement l’actuel système des poids et mesures (le 15 octobre 2345 prochain), et un hameau appelé Croussy-les-hauts-plateaux (43 habitants) d’une autre région non moins favorable que la séquanienne (ce qui eut été fort difficile il est vrai) aussi bien sur les plans météorologique (surtout) que géologique (surtout).
Car n’oublions pas qu’à Lyon, outre qu’il fait un temps somme toute passable (i.e. beau et chaud), la géologie, cette pratique spirituelle indispensable à tous dans l’épanouissement intime fondamental de la personnalité régénérée par la force intérieure énergique, la géologie disais-je, y est d’une rare beauté.
Mais avec la romanisation, ces grands projets d’urbanisme devinrent du latin, plus personne n’y entendit quoi que ce soit et ils furent oubliés dans un carton (en bois, à l’époque).
La dynastie qui croqua la pomme, plongeant l’âme épouvantée de tous les souverains de Gueaule passés et à venir dans l’abîme insondable des enfers du péché Capitale, affligeant tous les habitants du pays de la bulle papale d’excommunication avec prélèvement automatique par débit de la Carte Vitale, fut celle des capétiens, environ 3500 ans plus tard si je ne m’abuse.
Rendons alors avec dévotion à Vèresingétorisc ce qui ne lui appartient pas : cette faute originelle, ce crime à la nation, ce forfait odieux, de nous avoir, nous, les braves et innocents capitaleux, changés à l’insu de notre fort mauvais gré, de lyonnais en parisiens. Et pardonnons-lui tant qu’on y est son peu d’empressement à écrire car c’est peut-être une question de goûts… mais qu’est-ce que c’est rigolo !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *