A toi Gaston, commissaire de police

A toi Gaston, commissaire de police

Je suis petit-fils de commissaire divisionnaire. Sa fille, ma mère, était enseignante mais elle aurait pu embrasser la carrière d'officier de police, tellement son sens de la justice était aigu ; le respect de la Loi était inscrit dans ses gènes.
Gaston et Nicole si vous me lisez, dans un autre espace-temps, je vous aime.
Maintenant, on parle d'une autre époque, celle dont on dit que les brigands avaient souvent « une éthique », celle où un flic…

Le nucléaire : quadrature du cercle écologique ?

Le nucléaire : quadrature du cercle écologique ?

Ce GIF qui met en scène 3 réacteurs qui s’écroulent au profit de 3 éoliennes qui fleurissent à leur place, c’est rigolo…
J’ai enquêté un peu. Apprenons que remplacer un réacteur par de l’éolien signifie une forêt de marguerites géantes. Le calcul issu de valeurs moyennes :…

Le « déni » du cancer : un déni de l'institution !

Le « déni » du cancer : un déni de l'institution !

Les études statistiques montrent que souvent, les patients à un stade avancé du cancer s’enfoncent dans un « déni » plus ou moins profond de leur état. Certains parlent de leur maladie comme s’il s’agissait d’une petite indisposition passagère et évoquent sans cesse la date de leur sortie de l’hôpital « quand j’aurai repris des forces » ; d’autres, c’est plus spectaculaire, semblent avoir carrément oublié la nature de leur mal. Ils se…

A ma mère

A ma mère

Nous ne mangerons plus ta confiture de coing. D’abord parce qu’un « crétin » (ce sont tes mots ce jour là) a eu la mauvaise idée de raser le cognassier du jardin. Ensuite et surtout, parce que ta gelée était la meilleure.
Nous ne mangerons plus tes croque-monsieurs si particuliers.
Nous ne mangerons plus tes incroyables coquilles St-Jacques « à la nantaise »…