Qu'elle est moi.

Qu'elle est moi.

De loin, on dirait qu'elle chante ; quelle ampleur
De ses mains s'envolent des tourterelles
De près, la chanson n'est plus ; elle pleure
Dans ses mains meurent les hirondelles
Un rêve passe avec des grêlons
Portant un fardeau impossible
Un lutin rouge symbole d'évasion
Regarde les étoiles immobiles
Elle est là sans être lasse
Son regard bienveillant sur l'horizon
Elle sent et voit que des choses se passent
Le monde tourne et retrouve les confessions
Dans un miroir ancien, son image
Se brouille, elle ne sait déjà plus rien
Elle n'ose apercevoir de prêt son visage
De peur de voir que c'est le sien
Une liste de mots comme unique manteau
La protégeant des pluies acides et violentes
Le velours n'est qu'un pas de trop
Elle verrouille son passé pour éviter la pente
Encore un effort de rapidité
Elle s'imagine transpirante
Elle s'ignore belle et décoiffée
Elle s'interdit d'être attirante
La chaleur est son allié
Quel émoi d'être mélangé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *