R.A.N.D.O.

R.A.N.D.O.

Ce matin ‘m’est arrivé un truc pas commun…
Déjà, sur le conseil de RDV de Roger, le réveil a sonné vers 7h15, après une soirée arrosée, autant de liquide de couleur et avec un rond au dessus du chiffre, que de drôle de bâtons de joie qui se consument pas seuls. Heure bien inhabituelle pour un frite raideur.
Un peu robot, un peu humain, un peu ours, j’ai balancé le matériel dans le van, direction un nouveau spot préparé par des camarades de jeu. Le lieu de RDV était étrange : comme un stade, plat, avec des tipis où des hommes (et femmes) écrivent des trucs en recevant de l’argent. Je me suis dit que ça devait être pour le pot de départ de quelqu’un… pis j’ai reçu un bout de plastique en échange, avec écrit 90 dessus, et des colliers rilsans. Je n’ai pas l’habitude de mettre des autocollants sur mon véhicule, alors mettre un bout de plastique avec des colliers rilsans… je l’ai mis sur mon vélo, en ayant vu Seb faire pareil. Certainement pour ne pas le perdre.
Et puis on est parti vers le spot. Il y avait plein de gens avec des VTT. Enfin… pas tous. Certains avaient des bicyclettes, sans amortisseur, parfois même sans fourche suspendue ! Incroyable comme ils sont peu modernes dans le coin. Beaucoup nous ont accompagné durant la R.A.N.D.O., nom étrange du chemin vers le spot. Y en avait qui étaient étrangement vêtus : un truc collant sur les fesses, qui descendait bas sur les cuisses. Souvent noir, parfois avec des décorations, des sortes de peintures de guerre. Amusant. J’en ai même vu un qui était tellement content des services de son supermarché Cora, qu’il a senti le besoin irrépressible de le faire savoir !
Qu’est-ce qu’on a roulé pour aller vers le spot ! On aurait pu se garer plus près ! C’est vrai, une partie du dit spot avait des sauts protégés : carrément barrés par des rubans et des « attention c’est haut ! ». Y sont fous ici.
En fait, je vous dit qu’on a roulé pour aller vers le spot… mais on ne l’a jamais trouvé ! Comme des cons, on s’est retrouvé devant les bagnoles après avoir cherché partout ! Et pas en ordre, pas groupés : chacun y allait de son petit groupe, comme un peloton dis donc ! Alors qu’avec Roger, on s’est mis ensemble pour chercher un peu mieux. Quand on est deux, on prend plus le temps de regarder, au lieu de discuter sans arrêt. Mais sans succès.
D’autres tipis avaient été dressés sur le stade, où les mêmes personnes au départ se sont rassemblées. Vraisemblablement pour manifester, comme nous, de l’incapacité de l’ONF à baliser correctement les chemins pour accéder aux spots de free raideurs. Mais c’était calme comme manifestation, ça parlait doucement. Las, j’ai décidé de piquer un sandwich au stand de la kermesse (en préparation certainement), pis un verre d’orangina. Et enfin un verre de cidre, grâce à l’ami Daniel, le pote du Yayo, qui a mieux à faire que de bouffer des pommes !
Finalement, même si on n’a pas trouvé le spot, cette R.A.N.D.O. était bien sympathique. Car on a ‘achement roulé et j’ai découvert des muscles, qui servaient à autre chose que de remonter des pentes ou faire le con. Des pentes on en a tout de même monté. C’que c’est fatiguant !
Quand même : ils auraient pu installer des télésièges !
(posté le 22 juin sur fr.rec.sport.vtt)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *