Rémunérations indécentes

Rémunérations indécentes

Henri Proglio renonce à son double salaire. […] L’annonce du double salaire de 2 millions d’euros versés dans le cadre de ses fonctions à Henri Proglio, en tant que patron d’EDF (1,6 million) et président de Véolia (450 000 euros), n’en avait pas fini pas de susciter des réactions.

Voilà l’une des informations du jour.

La question des rémunérations – qui croît au fur et à mesure que la grande crise des subprimes laisse ses traces indélébiles sur nos économies – ne sera pas réglée tant que celle-là, d’ordre philosophique, ne sera pas posée : combien de smicards vaut l’homme le plus responsable d’une entreprise ?

Subsidiairement, on est en droit de se demander si un salarié, quel qu’il soit, peut être plus responsable que le président de la République ou un premier ministre ? Auquel cas l’alignement serait aisé.

La réponse est malheureusement liée à la vénalité de l’être humain, qui demande toujours plus que son collègue (quand ce n’est pas son voisin) depuis la nuit des temps. Par conséquent l’échelle, la grille des salaires se décale, s’étend et se creuse d’années en années.

Quand j’entends parler d’une limite à 30 fois le salaire moyen, il est certain qu’un cadre supérieur élevé au grain (en air vicié) ne peut probablement pas l’imaginer… dialogue de sourds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *