Rouge sang

Rouge sang

Plateaux de mes fléaux, bascule de mes deux maux,
Saugrenu équilibre de nos jours à venir,
Funambule des âmes, la balance du pire
Oscille et s'interroge sur le poids le plus gros.
Sur l'axe de mes émois qui plie mais ne rompt pas,
Le temps nonchalamment crisse et glisse son fil,
Son acier bien trempé, sa froide lame agile,
Coupure de sang bien frais qui inonde mes draps.
La plaie est bien trop vive, elle doit cicatriser,
De mes veines de grâce remplir le long tuyau,
Renouveau de globules, pur rouge de son flot,
L'amour et le sang ne sont faits pour souiller…
PA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *