Archives de
Catégorie : Poésie

Le ciel et la mère

Le ciel et la mère

Voilà le temps du souvenir qui me prends, et revient à la surface,
La tête hors de l'eau, je l'aperçois de loin sur la plage
Avec son instinct protecteur et doux, tout est en place.
Une actrice aux talents multiples, avec ma vie comme simple page.
Je m'y replonge avec joie et volupté, face à la mer,
Des mouettes, des animaux, chats et chiens, des voyages,
Des vacances à n'en plus finir, le tour de la terre,
Des…

La Virginie du Sud de ma vie

La Virginie du Sud de ma vie

Dans une source d'eau claire,
Il y avait un songe hier,
Celui de la réalité faite rêve
Celui de sa majesté la sève.
Une fontaine incroyable
Aux parfums érotiques.
Une danse brune et inavouable
Qui me rend fantastique.
Et, dans le noir de ses yeux,
Il y a la profondeur de son âme
La douceur de ses mains, je les veux
Ma peau couverte d'huile de palme.
Sa bouche pleine de baisers
Est une invitation au…

Framboises de noel

Framboises de noel

Un voyage dans un cercle solaire
Peuplé de bleu et de gens heureux
Ressenti ta voix, et se laisser faire,
Elle parle en roulant, rigole, un peu
Elle arrive au pays de sa lande
Brillante et rocailleuse
Comme un tournant, une salamandre
Enivrante, et peureuse
Elle me pince pour voir
La neige au loin sur les monts
Elle me touche dans le noir
Dormir bercé par les sons
Les senteurs des chemins de sa vie
Me donnent, des frisons et des envies
Je…

Mon pére ce Napoléon III

Mon pére ce Napoléon III

Il y avait de grands lustres, illuminant les pièces
Un plafond monumental et orné de peintures brillantes
Le parquet qui craque à chaque pas, une vraie richesse
L'histoire est là, elle soupire, sa démarche solennelle et lente.
De grands cadres colorés avec des portraits incroyables
De Napoléon III, en costume d'apparats, des médailles….
Et moi je regarde, cinquante chaises, une si longue table
La tête en…

Sabotage de cauchemard

Sabotage de cauchemard

Délicate solitude qui flotte sur le dessus de lit
J'entends ton souffle lent qui réchauffe l'atmosphère
N'osant bouger, je reste silencieux, en sursis
Un cauchemar m'a fait frémir, je ne sais quoi faire….
Une injustice, et une autre, des multiples mensonges
Viennent peupler les draps, et me tordre l'oreiller
Je ne suis qu'un cri de douleur, qui hurle et me ronge
Alors, ne bougeant plus, le cauchemar m'a…