Notre Dame de Paris, drame de pacotille?

Notre Dame de Paris, drame de pacotille?

Je note déjà, parmi les intervenants du web, des réactions épidermiques quant à l’idée qu’on favorise une cause plutôt qu’une autre, qu’on en ferait trop sur Notre Dame – dont le toit vient de partir en fumée lors d’un incendie incroyable – et pas assez pour l’Humanité.
Je ne comprends pas.

Mutons le Louvre en foyer d’hébergement…

Je ne comprends pas car il faut alors arrêter de diffuser ici et ailleurs des tableaux d’artistes, des expos, qui coûtent chaque année des Millions d’euros à la collectivité pour les exposer, les maintenir, les faire connaître.

Je ne comprends pas car il faut arrêter de parler de concerts, de spectacles ou de cinéma, qui coûtent chaque années des Millions d’euros à la collectivité. Transformons la Comédie Française en quartier général de l’UNESCO, Bercy et le Zénith en habitations HQE.

Arrêtons maintenant de parler de culture : elle [nous] coûte bien trop cher et tout cet argent profiterait aux Misérables ; pour reprendre la référence rigolote à Victor Hugo lue ici et là. Allons ! Cessons d’imprimer ces auteurs vaniteux : ne participons plus à la déforestation de la forêt amazonienne.

Arrêtons le web !

Pendant qu’on y est : arrêtons maintenant d’échanger sur Facebook, WhatsApp, par mail ou sur le web car l’informatique dans son ensemble, le cloud en particulier, représente ±7% de la consommation mondiale d’énergie électrique*… ça c’est de l’écologie !
Transformons les deux Opéras de Paris (gouffre financier) en cellule de crise éco-planétaire, les hébergeurs web en jardins-serres partagés. Et communiquons par pigeon voyageur.

En j’en passe…
Bref arrêtons, sinon cette schizophrénie, du moins cette HYPOCRISIE qui ferait presque croire que TOUS, nous sommes concernés CHAQUE JOUR par la faim dans le monde et par le réchauffement climatique !… et que toute autre cause ou activité n’est que futilité.

PS : soyez rassurés je ne confonds pas le fait de s’émouvoir, nous humbles citoyens, par la destruction d’un bâtiment mythique, de participer à hauteur d’homme pour sa reconstruction – comme on donne à MSF par acquit de conscience – et cette habitude qu’ont ces milliardaires de s’ériger en héros, sur un coup de lingots, acquis bien souvent par cupidité. Oui ils espèrent passer à travers les goutes de l’impôt, oui c’est dégueulasse, oui ce fric dingue aurait pu couler plus tôt pour d’autres causes…

(*) sources planetoscope.com et greenpeace.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *